Photo Historique

HISTORIQUE

Un quartier au riche passé

Au cours du XXe siècle, l’ancien village de Côte-des-Neiges évolue alors que les terres agricoles sont graduellement loties pour faire place à l’habitation.

images
Collège Jean Brébeuf

Dans les années 1920, un complexe immobilier apparaît sur l’emplacement résidentiel actuel du Rockhill. Portant déjà le nom de Rockhill Apartments, il abritait cependant alors qu’une centaine de logements répartis dans sept immeubles de trois à sept étages. Avec le renouveau urbain des années 1960, on planifie à Montréal et ses environs la construction de tours d’habitation de très forte densité telles que le Westmount Square à Montréal ou le Complexe Havre-des-Iles à Laval. C’est également le cas dans la partie sud-ouest de la montagne. Deux tours sont construites sur l’avenue Forest Hill, d’autres le long du chemin de la Côte-des-Neiges et d’autres, enfin, au sommet de l’avenue Ridgwood. Réalisés au cours des années 1970, les appartements Rockhill qui comprennent six tours (deux tours de 20 étages et quatre de 16 étages) constituent le plus imposant ensemble résidentiel du secteur. Contiguë à l’Oratoire Saint-Joseph, la propriété comprend une partie du bois de l’Oratoire, un des bois d’intérêt du Mont-Royal. Comportant un nombre total de 1004 logements, elle appartient à cette époque à la compagnie d’assurance Manufacturers’Life Insurance Co. (connue depuis 1990 sous le nom de Financière Manuvie). Conçu selon les plans des architectes de la firme montréalaise Menkes & Webb, l’ensemble est construit en plusieurs phases.

images 2
Chemin de la Côte-des-Neiges 1905

Un complexe imposant

Deux immeubles de 20 étages sont construits en premier sur un terrain adjacent aux Rockhill Apartments des années 1920, toujours habités, de même qu’un stationnement en sous-sol. Quatre tours de 16 étages sont construites de 1966 à 1968 suite à la démolition des anciens immeubles, de même que la seconde partie des stationnements, un centre commercial et des équipements sportifs et communautaires (piscine, vestiaires, etc.) en sous-sol et aménagements extérieurs. La disposition des immeubles assure le dégagement d’un vaste espace central avec une grande terrasse adjacente au sud. Malgré la forte densité de l’ensemble, cette disposition vise à ce que chaque édifice tire profit de l’ensoleillement et des vues, en retrait du chemin de la Côte-des-Neiges. Deux immeubles sont implantés à l’extrême limite de la zone constructible, nécessitant même de creuser à même le Mont-Royal, ce qui explique le présence d’un affleurement rocheux.

D’hier à aujourd’hui

Les immeubles et le site ont subi certaines modifications au fil du temps, notamment l’ajout d’une marquise et d’aménagements divers aux abords de l’immeuble constituant l’entrée principale de l’ensemble et le remplacement de certains matériaux.